Délice à la sauce steampunk

Ingrédients :

  • Deux livres de mystère
  • Une livre de magie
  • Une once de suspens
  • Une once de technologie
  • Un gallon d’aventure
  • Une pincée de fantaisie
  • Une pincée de sel de roche noire de Pondichery
  • Un soupçon de futurisme
  • Un zeste de poésie

Préparation :

Mélanger tous les ingrédients à l’aide de talent. Faire cuire à la chaleur de l’inspiration. Déguster au coin du feu accompagné d’un bon chocolat chaud.

Je vous la mets aussi en couleur parce que je l’aime d’amour fou !

Le goût de l’esthétisme

D’abord, il y a eu cette couverture… Vous l’avez vue ? Élégante, racée, je la trouve tout simplement superbe !

Puis le titre : Élixir de nouvelles steampunk, qui colle bien avec l’image et titille ma curiosité. Steampunk ? Hum… Intéressant. Je n’ai pas l’occasion d’en lire tous les jours ! Élixir ? Ça annonce un goût raffiné et unique, une quintessence.

Je l’avoue, cet ouvrage fait, indéniablement, partie des raisons qui m’ont poussée à postuler pour un partenariat avec Séma Éditions et je suis ravie qu’ils aient accepté de me faire confiance. C’est le premier recueil de la collection sur lequel je me suis précipitée et je n’ai pas été déçue.

Chacune des huit nouvelles de cet ouvrage est complètement différente des autres et pourtant, tout au long de la lecture, on sent comme un lien entre elles. Effectivement, une corrélation se construit petit à petit et s’explique quand arrive la dernière nouvelle.

La plume de Delphine Schmitz, bien qu’encrée dans un style d’époque, n’a rien de lourd et laisse déborder une certaine poésie. Elle est très accessible : les lignes et les pages défilent sans anicroches.

La texture de l’imagination

Chaque tableau est bien construit et permet de découvrir personnages et situations. Ils constituent un ensemble très homogène tant au niveau de l’intrigue que du rythme ou de l’écriture.

L’univers est cohérent : je me suis retrouvée projetée au début du vingtième siècle, mais avec suffisamment de technologie, de mystère et de magie pour être emportée, transportée, dépaysée.

J’ai été absolument enchantée par chacun de ces récits. Je les ai trouvé remplis de charme. Bien sûr, mes penchants, mon vécu, ma culture font que j’ai quand même des préférences, mais globalement, j’ai vraiment beaucoup aimé l’ensemble.

Comme vous les savez, j’aime que mes lectures me permettent de m’attacher aux personnages. Avec huit nouvelles, vous vous doutez qu’ils sont nombreux… Et pourtant, aucun ne m’a laissé indifférente. J’ai développé tendresse et affection pour chacun d’eux sauf un qui est tout sauf sympathique, mais renforce d’autant l’attachement à son opposant.

Bien que ces histoires soient empreintes d’une magie mystérieuse, il ne faut pas croire que tout est rose dans l’univers de cet ouvrage. Si certaines sont plutôt agréables et porteuses d’espoir, d’autres sont plus sombre, voir très sombres.

Un mets à ne pas manquer

Vous l’aurez compris, c’est un ouvrage que je recommande chaudement. Delphine Schmitz rend très accessible un genre plutôt rare et bouscule nos habitudes avec brio. J’espère qu’elle persévérera sur cette voie. En tout cas, moi, je l’y suivrais avec grand plaisir

6 thoughts on “Délice à la sauce steampunk

    1. C’est difficile de faire un résumé de 8 histoires différentes, je peux te dire qu’il y a une bataille d’inventeurs, une appareil photo aux pouvoirs étranges, des personnages en cire pour le musée Grévin, des automates, des scientifiques renommés, un sous-marin, une longue-vue et un lien entre tout ça…

    1. Bonjour Jo,
      j’ai déjà du mal à résumer les romans parce que j’ai toujours peur d’en dire trop mais là c’est encore pire parce que les 8 nouvelles sont très différentes les unes des autres et du coup bien plus courtes qu’un roman donc encore plus difficile de ne pas trop révéler l’intrigue…

      Mais tu peux voir la 4ème de couv ici si tu veux en savoir plus : http://www.sema-diffusion.com/editions/elixir-de-nouvelles-steampunk/

Laisser un commentaire