Le matou revient

Je commencerai cette chronique par d’immenses remerciements à Delman :

  • pour ce service presse de sa nouvelle : Un passé perdu
  • mais surtout pour sa patience incommensurable.

Je n’ai pas l’habitude de chroniquer des textes si courts alors l’exercice se révèle un peu difficile, car je ne voudrais pas gâcher sa lecture en révélant trop de la trame et pourtant, je vais m’efforcer de vous transmettre le plaisir que j’ai eu à le découvrir.

Pour faire simple, disons qu’il s’agit des mésaventures d’une fille plutôt ordinaire qui se trouve forcée de sortir de son train-train pour faire face à une situation plutôt extraordinaire.

Une femme surprenante

Je dois l’avouer, le personnage de Marie ne m’a, dans un premier temps, pas vraiment passionnée. Je voyais en elle une « tête de linotte » sortant d’une déception amoureuse et qui me semblait attacher un peu trop d’importance à cette rupture. Je l’avoue, j’ai trouvé le début du récit un peu long, trop fourni en détails qui, pour moi, n’apportent pas grand chose à l’intrigue.

Pourtant, ça se lit quand même facilement et, plus loin, j’ai réalisé qu’elle avait en fait une forte tête et était prête à ruer dans les brancards et à se mettre en danger pour sauver un chat martyrisé. Par la suite, elle continuera à me convaincre qu’elle n’est, en fait, pas une faible femme dans l’attente de son preux chevalier, mais à peu près tout l’opposé. Elle est aussi douée d’un solide sens de l’humour et d’une forte capacité d’auto-dérision. Comme quoi, il ne faut pas se borner à une première impression pas forcément très positive.

Un homme intrigant

Quant à Jake, alors là, je reste vraiment sur ma faim parce qu’au final, je trouve qu’on en apprend très peu sur lui. Bien sûr, sa situation est particulière et ça explique qu’il soit sur la réserve, mais j’aurais aimé découvrir un peu plus sa personnalité.
J’imagine que le format court et le choix de la narration à la première personne (du point de vue de Marie) n’aident sûrement pas à entrer plus avant dans le détail de qui est Jake, mais je le regrette un peu.

Par contre, j’ai apprécié l’originalité de la part fantastique de ce personnage.

Une histoire trépidante et légère

L’avantage de ce format court, c’est qu’il se passe beaucoup de chose en très peu de temps. L’écriture dynamique m’a transportée de la première à la dernière page en ce qui m’a parut un clin d’œil. Une fois dépassée la mise en place un peu lente, les aventures de nos deux héros s’enchaînent à vitesse grand V.

J’ai aussi apprécié la légèreté du ton et du fond. J’ai eu l’impression qu’il s’agit d’un récit fait pour me détendre et il a parfaitement joué ce rôle. Je regrette peut-être un peu le côté manichéen, mais pas au point que ça gâche ma lecture.

En arrière plan de ces événements, se noue une jolie idylle qui m’a parut un peu rapide, mais qui apporte une certaine cohérence au récit sans trop tomber dans les clichés de la romance. En tout cas, elle n’est pas (à mes yeux) le propos principal de l’ouvrage ni ce que j’en retiens au final. Pour moi, il s’agit plutôt d’aventure et de fantastique que de romance.

En résumé

Même si je ne suis pas totalement emballée, j’ai bien aimé cet ouvrage bien écrit dont la trame est bien ficelée et divertissante. J’ai passé un bon moment de lecture et me suis laissée emporter par les aventures trépidantes de Marie de Jake.

 

PS : la chanson n’est là que parce que j’ai eu la chanson dans la tête pendant une bonne partie de ma lecture (et que je l’adore) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.