Une promesse contre des dieux

Nuage de mots pour les Chroniques d'Edwo

 

Tout commence avec une couverture qui me fait de l’œil, une proposition de collaboration et je me trouve là… J’ai dans les mains : Son histoire, le tome 1 des Chroniques Edwo de Tristan Kalan.

Habituellement, la compagnie sillonne le royaume, apportant son aide partout où elle est nécessaire. Ses membres ont l’habitude de décider ensemble de leurs destinations. Pourtant cette fois, Arast décide, sans concertation, de ramener une étrange enfant, ailée et à la peau bleue bleutée, jusqu’à la frontière sud, accompagné par son seul apprenti. Mais ses compagnons ne l’autoriseront pas à les abandonner ainsi et l’épauleront dans cette nouvelle aventure, combattant tous ceux qui s’opposeront à cette quête qui se révélera cruciale.

Un résumé qui peut paraître bien classique pour un roman de fantasy. Et effectivement, la quête poursuivie par un héros pour sauver le monde, c’est un peu du déjà vu. Pourtant, à mes yeux, ce roman se démarque de nombreux autres pour plusieurs raisons :

Les joutes et combats Edwo

Pour moi, c’est vraiment le gros, gros point fort du roman : l’originalité du système de combat, la précision des récits de ces duels aériens. Je ne saurais pas ressortir toutes les règles. Mais le  principe est que les Edwo ont des capacités exceptionnelles de sauts. Du coup, tous les combats se passent en hauteur dans les différentes strates du « terrain ». Chaque attaque semble se jouer en apesanteur. Ces duels nécessitent une forte stratégie, des « bottes secrètes » et ont un caractère vraiment épique

J’ai vraiment énormément aimé ce système de combat et le talent de Tristan Kalan pour le mettre en scène et relater les affrontements.

Les personnages

Cette compagnie est constituée de personnages tous plus intéressants et attachants les uns que les autres. Le barbare immense, fort et ignifuge dont le cœur fond pour la lanceuse de couteaux intrépides. Le cartographe timide qui se révèle un autre homme face au combat. Sa récente épouse : Melissa, la toute nouvelle recrue de la compagnie, amie d’enfance d’Arast et guérisseuse en devenir. L’apprenti assoiffé de vengeance. Et, bien sûr, Arast, torturé par les choix de son père et leurs conséquences. Sans oublier cette étrange enfant bleue qui voit son importance grandir au fil des pages.

Mais, même une fois sorti de la compagnie, les personnages rencontrés ou affrontés ont une forte consistance, une véritable importance, un vrai impact.

Cependant, leurs histoire fouillées ne pèsent pas sur le récit, s’y intégrant  habilement, sans lourdeur.

Mention spéciale pour Melissa parce, que malgré sa douceur et son altruisme, elle refuse d’être la faible femme qu’il faut protéger

Les liens entre les personnages

Contrairement à ce que pourrait laisser croire mon introduction ci-dessus, ce n’est pas l’histoire d’un seul héros. Même si Arast a une position prépondérante, je n’ai pas eu cette impression, que j’ai parfois, que c’est un seul héros qui doit porter toute l’histoire. Au contraire, chaque fois qu’il tente de se détacher de la petite troupe pour mener son combat seul, ses amis le rattrapent. Du coup, il est vraiment indissociable du reste de la compagnie.

C’est aussi une originalité que j’ai apprécié : l’auteur a habilement géré des individualités imposantes en gardant une cohésion de groupe très forte.

J’ai aussi aimé :

  • L’écriture dynamique
  • Les races et leur habilités
  • Les escarmouches de plus grande ampleur où, là aussi, la stratégie fait la différence
  • La rencontre avec un dragon (je crois que j’ai oublié de dire que j’adore les dragons ! C’est maintenant chose faite !)
  • Les confrontations avec les dieux, la remise en question de la foie aveugle
  • L’importance du libre arbitre
  • etc.

Au final, mon avis sur cet ouvrage est vraiment positif. Il se démarque par des idées originales, bien mises en valeur. Si vous aimez la fantasy, vous n’y trouverez peut-être pas un renouveau complet mais suffisamment de bonnes choses qui sortent de l’ordinaire pour qu’il soit marquant et pour donner envie de continuer la saga.

 

Jelisdesautoedites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.