Une intelligence artificielle et drôle

Nuage de mot pour Le disjoncteur

Découvrir que quelqu’un avec qui on discute depuis quelques semaines et qu’on apprécie est bourré de talent, ça parait presque normal, non ? En tous cas, c’est l’effet que ça m’a fait quand j’ai lu le premier épisode du Disjoncteur de Lysere et Belysandre. Depuis, je suis accro ! Si vous regardez des séries télé, il y en a sûrement une qui vous fait dire chaque semaine : « Vivement la suite ! ». Bah moi, en ce moment, c’est un feuilleton écrit qui me met dans cet état d’impatience toutes les semaines depuis presque trois mois. Et comme la première saison vient de se terminer, ma chronique (qui est en gestation depuis pas mal de temps) tombe à point nommé.

Des personnages attachants et amusants

Pour moi, la plus grande force de ce feuilleton, ce sont, avant tout, les personnages. Les deux protagonistes principaux mais aussi l’ordinateur de bord de leur vaisseau qui est tellement perfectionné qu’on lui découvre une vraie personnalité. J’irais presque jusqu’à dire qu’en fait, le rôle  principal, c’est le sien. En effet, avec sa propension à suivre chaque ligne de chaque règlement à la lettre et sa main-mise sur le vaisseau, elle oblige ses deux « équipements organiques » à rivaliser d’ingéniosité pour contourner des règlements pas toujours faciles à suivre en tant que chasseurs de prime. Le procédé est très efficace pour donner lieu à des situations cocasses d’autant que les deux membres de l’équipages sont doués d’un solide sens de l’humour.

Un dynamisme permanent

Je ne sais pas si ça vient du format par épisode mais depuis le début de la lecture, j’ai sans cesse la sensation d’être projetée d’une situation d’urgence à une autre, d’une révélation à une autre… Bref, si vous lisez toute la saison d’un coup, sachez que vous n’aurez guère de répit. Nos amis Akula, Mikado et leur fidèle intelligence artificielle Eléanor enchaînent des rencontres qui les mènent vers des aventures ou les confrontent avec leur passé. En tous cas, même les épisodes un peu plus « calmes » apportent tellement d’éléments que j’ai vraiment eu la sensation de ne jamais « souffler » et, ce, malgré l’attente hebdomadaire entre deux épisodes !

Cerise sur le gâteau : l’écriture

Si ce que je viens de vous dire ne suffit pas à vous convaincre de vous lancer dans cette lecture, j’en rajoute une couche parce qu’en plus d’une histoire palpitante et des personnages super intéressants, le Disjoncteur bénéficie également d’une très bonne écriture : riche, fluide et vraiment très agréable.

Alors… Il n’y a plus qu’à…

Si vous aimez la SF style vaisseaux, batailles spatiales et humour alors ne vous privez surtout pas ! Le disjoncteur est fait pour vous

J’ai oublié de vous dire une chose importante : cette série est disponible gratuitement sur le site de Lysere. Elle fait partie du même univers que son roman qui paraîtra bientôt et que, du coup, j’attends avec beaucoup d’impatience !

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Edwige dit :

    Au hasard… Genre !

  2. Merci beaucoup pour cette très belle chronique, je suis heureux que nos quelques mots jetés au hasard de nos clavier vous aient touché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.