Don de soi – Don du sang

le

Nuage de mots pour Le CaliceLe Calice – Petites Histoires Lascives de Vampire de Beth Carlington doit être le premier roman érotique de je vous présente. Ce ne sera surement pas le dernier. Si j’en lis relativement régulièrement, je dois avouer que celui-ci est le premier que j’ai lu qui soit de l’érotisme gay. Et au final, ce que j’en retiendrai n’a rien à voir avec le caractère érotique ou gay.

Des Vampires et leur Calice

Je ne peux pas dire que je sois une spécialiste des vampires alors je ne sais pas trop si cette notion de Calice est propre à ce recueil de nouvelle ou même à un des univers de Beth Carlington ou si c’est une notion commune dans le folklore vampirique. Dans tous les cas, c’est la première fois que je la vois développée.

Qu’est-ce qu’un Calice ? C’est un humain avec lequel un vampire se lie pour la vie et qui devient alors sa source exclusive de sang. Ce sont les histoires de trois de ces humains que j’ai pu découvrir dans cet ouvrage. Des histoires très différentes les unes des autres même si elles partent d’un même postulat. Des histoires très actuelles aussi.

Cas de conscience

Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est le positionnement de ces vampires : le fait qu’aucun d’eux n’impose à l’autre de devenir son Calice. Presque au contraire, ils préviennent, expliquent les conséquence de ce choix et même renoncent à faire de l’autre leur Calice si c’est contre sa volonté.

On est bien loin de l’image plus classique du vampire prédateur qui décime ses victimes sans se soucier de leur devenir. On sent qu’ils sont conscients du poids qu’ils vont faire porter à leur Calice et qu’ils ne veulent pas l’imposer.

J’ai vraiment senti que c’était un véritable cas de conscience pour chacun des trois vampires et j’ai apprécié ce positionnement.

Des histoires de désir, de confiance, d’amour plus que de sexe

De la même façons, j’ai été agréablement surprise par l’approche du coté charnel de ces histoires. Ne vous méprenez pas, je ne veux pas dire par là qu’il n’y a pas de scène de sexe. Ce serait un mensonge éhonté. Mais, je dois l’avouer, je m’attendais à ce qu’il y en ait beaucoup plus.

Je m’attendais aussi à du sexe moins « relationnel », moins « réfléchi ». Alors non, il n’y a rien de programmé dans ces échanges mais là encore, j’ai eu une impression de retenue, de ne pas vouloir l’imposer à l’autre. Ce qui n’empêche pas qu’une fois le consentement vérifié l’acte puisse être parfois assez sauvage…

Dernier point concernant ces scènes, je les ai trouvées assez peu détaillées et, là encore, j’ai apprécié car ca a laissé beaucoup de place à mon imagination pour les compléter…

Au final

Ca a été un vrai bon moment de détente. J’ai été complètement déconnectée de ma réalité. J’ai englouti tout l’ouvrage en très peu de temps, avec un comportement boulimique : sans pouvoir m’arrêter jusqu’à l’avoir fini.

Je ne dis pas que ça deviendra mon nouveau livre de chevet mais j’en garderai un bon souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.