Une hache et des rêves

Nuage de Lune de SangAujourd’hui, je vous parle de Lune de sang, le premier volet du cycle de l’Enfant des étoiles par Nicolas Gomez.

Comme tous les hommes du village avant lui, Vindex est appelé à la défense de son pays car il a atteint l’âge de 16 ans. Il quitte le village accompagné du roublard Einar et du timide Enrik. Ensemble, ils vont découvrir que les temps ne sont pas si calme puisque le grand-duché subit des attaques inattendues sur deux fronts.

L’écriture est fluide, rythmée. La lecture en est agréable et facile. L’histoire est bien construite, cohérente et, même si on sait qu’il y aura au moins un tome 2, elle pourrait tout à fait s’arrêter là.

Amoureux de fantasy « classique », vous trouverez votre bonheur dans cette première partie. En effet, on y voit plusieurs leviers courants du genre comme la prophétie, le héros qui ne sait pas qu’il va en devenir un, ses amis, son arme magique qui le désigne, des humanoïdes amis ou ennemis des humains…

Mais, heureusement, le livre ne se limite pas à reprendre les codes du genre, il y apporte son originalité, ses idées, ses pistes.

J’ai apprécié, en particulier  le monde que le héros voit en rêve et qui donne l’impression qu’il va avoir une importance non négligeable dans la suite de l’histoire. Surtout que, dans ce monde là, je trouve pas mal de petites choses intéressantes qui titillent ma curiosité.

Je suis également très curieuse des Ombres, de cette fille de marchand qui aime lire, de cette mage qui accompagne nos héros et semble avoir un vécu peu commun. Bref, autant de pistes à explorer et pour lesquelles, je suis un peu frustrée car elles sont encore  en plein essor quand ce premier tome se termine et je veux en connaître la suite ! C’est là que l’auteur fait fort car il lance suffisamment d’axes narratifs pour capturer la lectrice que je suis et la rendre impatiente de la suite.

Il y a quand même une petite chose qui m’a un peu laissée perplexe, c’est que la narration se centre énormément sur Vindex car, du coup, j’ai eu l’impression de découvrir ses compagnons à travers lui alors qu’ils sont, selon moi, bien assez intéressants pour l’être selon leur propre point de vue. D’un autre côté, c’est aussi une façon de les découvrir plus en douceur. Cette question là me laisse un peu perplexe, je l’avoue mais n’enlève rien à la qualité du récit.

Ce fut indéniablement un moment de lecture agréable et prometteur.

Jelisdesautoedites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.