Une Princesse indomptée

nuage de mots relatifs à Si loin du soleil

Je ne sais pas vous, mais moi, quand on m’annonce qu’une autrice est un futur grand nom de la fantasy française et que ce livre en est la  preuve, j’émets tout de même un gros doute. De la fantasy, j’en lis et j’en ai lu beaucoup ! De la bonne fantasy, de la très bonne même ! Alors on ne me la fait pas à moi… Il va falloir m’en mettre plein la vue pour que je consente à envisager d’ouvrir une nouvelle place en son panthéon.

Bref, c’est avec circonspection et, il faut bien l’avouer, quelques a priori pas forcément positifs que je me suis lancée dans Si loin du soleil (premier tome de la Dernière geste). L’enthousiasme d’Elen pour sa pouliche Morgan of Glencoe la faisait partir avec un handicap, léger mais pas vraiment négligeable… Je me voulais intransigeante !

D’ailleurs, les deux ou trois premiers chapitres ne m’ont pas vraiment convaincue… Il y avait bien du rythme mais ça paraissait un peu cliché. Une héritière, riche, belle, intelligente fait preuve de sa bonté d’âme face à l’esclavage d’une race différente. Elle est japonaise, élevée dans une culture d’obéissance au devoir avant tout, éduquée dans la connaissance de la géo-politique en vue d’épauler au mieux son futur mari. Pourtant, un soir, se sentant trahie, elle profite de l’opportunité qui lui est offerte pour fuir une vie toute tracée.

Et c’est là que tout bascule. Bien sûr, on continue à voir se profiler une jeune fille altruiste mais loin de l’oie blanche qu’on aurait pu imaginer au départ. Et surtout, toutes les certitudes de son éducation, elle va les remettre en questions.

C’est ainsi que ce roman, que je n’étais pas certaine de vouloir apprécier, m’a emportée, totalement… sans espoir de retour…
A mon corps défendant, je me suis laissée entraîner sur ses traces. Je me suis émerveillée avec elle. Je me suis sentie aussi idiote qu’elle face à la réalité d’une vie « normale ». Je me suis émue de ses émotions. J’ai accordé ma confiance et mon amitié avec les siennes. Je suis devenue son ombre. J’ai été captive et captivée.

Je ne peux m’empêcher de comparer cette oeuvre à la Trilogie de l’Empire de R.E. Feist et J. Wurst. On y retrouve d’abord cette culture du pays du soleil levant mais surtout, une femme confrontée à une réalité qu’elle n’avait pas imaginée et prête à y faire face avec ses forces et ses faiblesses.

Et, pour moi, c’est un compliment car la Trilogie de l’Empire est mon oeuvre de chevet depuis des années. Celle vers laquelle je retourne sans jamais me lasser, celle que je redécouvre à chaque lecture avec un peu plus de plaisir.

Aujourd’hui, Si loin du soleil la rejoint sur ma table de nuit et me laisse très frustrée de devoir en attendre la suite.

Un seul volume me parait encore un peu juste pour dire que Morgan est un futur grand nom de la fantasy française mais je dois concéder que je vois en elle de grandes promesses avec cet excellent début.

J’espère qu’elle le confirmera mais surtout, je nous souhaite à tous qu’elle transforme l’essai et magnifie sa série grâce aux tomes à venir.

Jelisdesautoedites

4 commentaires Ajoutez le votre

  1. Edwige dit :

    Merci Zélie 🙂

  2. zélie dit :

    Je suis totalement d’accord avec toi et ton analyse 🙂

  3. Edwige dit :

    Je regarderai ça demain alors 🙂

  4. zélie dit :

    hi, mon article est à paraitre demain pour Si loin du soleil 🙂 Belle analyse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.