La mission semblait facile : ramener la princesse Gordia au royaume des nains.
Mais tout s’est rapidement compliqué.
D’abord la bagarre à l’auberge, la dette d’honneur du barde orque, la rencontre avec le sage itinérant puis l’embuscade des gobelins, l’empoisonnement de la princesse et enfin à Dimgakor, la ville frontalière, le meurtre.
Et bien, tout ça n’était rien face au péril menaçant le peuple nain.

J’aime bien les gobelins, quand je marche dessus ça fait splotch.
Dirg, diplomate troll

Dans la lignée du premier tome, Patrick Bert nous replonge dans la vie trépidante d’Olgir et de ses compagnons. Après le royaume des hommes, nous visitons le territoire nain, riche en coutumes originales, inventions et aventures.

Patrick BERT aurait pu naître sur la terre du milieu parmi les nains, les elfes et les hobbits et aurait eu, à coup sûr, dans la saga de Tolkien, un rôle totalement insignifiant, comme le gobelin qui sourit avant de recevoir une flèche en pleine tête, ou le brin d’herbe que foule Aragorn dans son combat contre les uruk-hai.

Mais le hasard a voulu qu’il naisse à notre époque sur notre bonne vieille terre, à Dunkerque, où les hobbits se comptent sur les doigts d’une main (il affirme en connaitre un).

Il aurait pu écrire et chanter des chansons. Mais sa voix calamiteuse et son absence de maîtrise instrumentale l’obligèrent à renoncer. Ce qui prouve que le hasard fait bien les choses.

Finalement, il s’est lancé dans l’écriture de romans de fantasy humoristique dont le héros, un barde, parodie nos chansons, au plus grand plaisir des lecteurs.

Chronique détaillée

Il y a déjà quelque temps j’avais partagé mon avis sur le tome 1 de cette série, j’avais été comblée, le tome 2 ne m’a pas déçue.

Toujours pleins de jeux de mots, de parodies, de situations rocambolesques.

Notre Barde-voleur ou voleur-barde va devoir encore une fois faire preuve de toute son intelligence pour sortir de situations périlleuses.

 

Je suis toujours en admiration devant les jeux de mots, car il faut admettre que ce n’est pas un exercice si facile.

Les chapitres sont plus courts et plus nombreux que dans le tome 1. D’ailleurs, là ou le tome 1 était plus une suite d’aventures différentes, ici se trouve une seule aventure qui évidemment ne sera pas aussi facile que prévu. Le premier je l’ai donc plutôt lu comme un recueil de nouvelles avec un unique personnage alors qu’ici ce n’est pas le cas.

J’aime toujours les personnages de cette histoire, les nouveaux arrivants sont aussi des cas particuliers et sont bien développés. Ils sont décrits juste à bonne dose entre détails et flou pour nous laisser de l’espace, et puis paf un petit détail qui nous est délivré, le petit truc pour que l’image se fasse dans notre esprit. Je suis conquise par son souci du détail concernant les trolls et les orques.

Après, les parodies me plaisent autant que lors du premier tome. Encore une fois j’ai dû arrêter ma lecture, car le rythme me restait en tête et me troublait. Car bon lire avec un rythme en tête est plutôt particulier. Mais donc c’est la preuve à mon sens que ses parodies sont réussies, car même sans le son j’ai réussi à trouver le rythme et la chanson. Alors Bravo Patrick Bert !!!

  • Les romans humoristiques
  • Les intégrations de parodies musicales (et même si vous aimez pas pour le coup c’est parfait)
  • Les univers moyennageux
  • Un roman sérieux
  • Un roman pour adulte
  • Une histoire d’amour

Informations complémentaires

Titre : Olgir le barde - Tome 2 : Mélodie naine en sous-sol mineur
Auteur :
Patrick Bert
Genre :
Fantasy médiévale, Comédie
Éditeur
Editions du Dragon Noir
Nombre de pages :
241

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-le sur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.