C’est par un événement brutal en classe de CM1 que tout commence. Frappée dans l’innocence de son âge, cette fillette de neuf ans se donne pour mission de changer le monde. Sa blessure devient un puissant moteur qui, au fur et à mesure des années, l’amène dans l’arène de la politique.Son récit autobiographique, qui ne cache rien des relations tendues de la narratrice avec des personnalités politiques de premier rang, interpelle, car significatif d’une façon de faire qui n’a plus sa place dans une démocratie à bout de souffle. Coups bas et trahisons n’auront pas raison de sa détermination.Latifa livre à sa mère, celle dont on ignore le motif de l’absence, son parcours complexe et inspirant, celui d’une citoyenne engagée. Elle se laisse aller, petit à petit, à une confidence touchante dans laquelle elle dévoile une partie cachée de sa vie. Sa sensibilité remplace à mesure des mots son caractère affirmé.

Chronique détaillée

Aujourd’hui je vous propose une chronique qui sort un peu de l’ordinaire, puisque ce livre est pour moi bien plus qu’un coup de cœur, il est un réel coup AU cœur…

Ce que vous vous apprêtez à lire est une correspondance adressée directement à l’autrice :

Chère Latifa, Toi que je connais déjà depuis quelques années, j'ignorais totalement tout un pan de ta vie.

Je connaissais la politicienne, la féministe et l'amie. La lecture de tes mots m'a donnés l'opportunité de connaitre la fille, la sœur, la tante, la femme et l'aidante.

J'ai été révoltée en imaginant la petite fille de neuf ans que tu étais, se prendre en plein cœur ces premières paroles racistes. Ce même racisme froid, puant et ignorant, qui va te poursuivre toute ta vie depuis ce jour-là.

J'ai été touchée par l'amour indéfectible qui règne en maitre dans ta famille, j'ai même été jalouse des liens forts qu'il y a entre ton père et toi.

J'ai appris beaucoup sur le monde de la politique et encore plus sur l'envers du décors. J'ai pu comprendre ce qu'il se trame dans ma propre ville et ce n'était pourtant pas l'une de mes préoccupations premières.

Tu me ferais presque aimer la politique, Latifa !

J'aurai aimé, moi aussi, avoir "une gomme à effacer l'immondice humaine" à l'instar d'Aragon pour que tu ne sois pas confrontée à ce racisme si bas et cruel, ni même à ces réflexions dégoulinantes de machisme et encore moins que tu aies à subir la maladie de certains membres de ta famille.

Je dois t'avouer Latifa, que j'ai versé beaucoup de larmes au fil de la lecture de ton histoire.

Bon sang ! Quelle force, quelle abnégation !

Tu es et tu resteras, une femme hors du commun, une battante.

Ce que je pourrais dire en conclusion, c'est "merci et continues".

Merci pour cette part d'ouverture d'esprit supplémentaire que m'a offert ton livre.

Et continue d'être toi, tout simplement toi : avec ta jupe, ta robe ou ton foulard, continue d'emmerder ces connards !

Bon vent Latifa ! Toi qui porte magnifiquement ton prénom : la bienveillance te caractérise tellement.

Tu peux être fière de toi et je suis sûre que ta mère est extrêmement fière de sa "benti".

Informations complémentaires

Titre : Sois une femme ma fille
Sous-titre :
D’une tour HLM au deuxième tour d’une élection nationale
Auteur :
Latifa CHAY
Genre :
Réaliste
Éditeur
Autoédition
Nombre de pages :
320

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-le :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.