Te revoir à Penn Avel

Logo du Prix des Auteurs Inconnus - NualivPour ma troisième lecture dans le cadre de la catégorie Romance du Prix des Auteurs Inconnus J’ai eu droit à un ouvrage de Marjorie LevasseurBienvenue à Penn Avel aux éditions Sharon Kena

Si vous avez suivi cette catégorie l’année dernière, vous savez que l’autrice remet, ici, son titre en jeu. Elle avait remporté le prix avec son roman : Ces oiseaux qu’on met en cage.

Vu que j’étais membre du jury sur une autre catégorie l’année dernière, je ne connaissais pas encore cette plume. Par contre, j’ai rencontré Marjorie lors du Salon de l’AutoEdition au mois de mai dernier où j’ai pu filmer l’interview qu’elle a accordé à Bouffanges. J’ai beaucoup apprécié sa simplicité et son authenticité.

Sur ce, si je parlais un peu du livre que j’ai lu ?

Ma première réaction, à l’issue de cette lecture, a été : « Mais comment vais-je pouvoir les départager » ? En effet, c’est ma troisième lecture de la catégorie et, bien que les trois ouvrages soient très différents, ils ont en commun une grande qualité d’écriture.
C’est peut-être d’autant plus vrai pour celui-ci dans la mesure où l’histoire est peut-être un peu moins originale que pour les deux autres.

Quatre années se sont écoulées depuis que Pauline, trente ans, est venue se terrer au Croisic dans la maison de sa grand-mère. Lors de son escapade annuelle à Nantes, elle fait la connaissance de Louis, un sans-abri septuagénaire qui la sauve in extremis d’un mauvais pas. Se sentant redevable, Pauline l’accueille dans cette grande maison. Louis est un homme mystérieux et méfiant, mais il accepte cette main tendue et se livre peu à peu à la jeune femme jusqu’à lui confier sa plus grande peine.
Pauline ne se doute pas un seul instant à quel point cet élan de générosité va changer sa vie…

Source

En effet, la plume de Marjorie Levasseur s’est révélée très entraînante mais aussi délicate et raffinée. Elle a su transmettre avec pudeur l’intensité des sentiments des personnages. Et je ne parle pas seulement de l’histoire d’amour, mais aussi des traumatismes de l’un, de la honte d’un autre, des amitiés lumineuses qui se dessinent ou sont présentes depuis toujours.

Quant à la trame, là aussi, je trouve que l’autrice a fait preuve d’habileté pour créer des rebondissements sans qu’ils soient forcément basés sur des conflits ouverts. Les événements s’enchaînent avec logique et harmonie et m’ont entraînée dans leur sillage jusqu’à ce que je m’aperçoive que je n’avais fait qu’une bouchée de ce récit.

À tout cela, s’ajoutent des personnages très intéressants et sincères. J’ai particulièrement apprécié que leur nombre soit relativement limité, car ça permet à l’autrice d’approfondir leurs différents caractères et les liens entre les uns et les autres. Qui plus est, elle a su leur donner une authenticité qui permet de facilement les imaginer dans la pièce d’à côté.

J’ai notamment beaucoup apprécié le côté torturé et méfiant de Tiburce qui est totalement compréhensible vu son passé. Pour autant, il ne s’agit pas non plus d’un « bad boy ». Ainsi, Marjorie évite de tomber dans les stéréotypes des héros de romance.

Pour finir, j’ajoute une mention spéciale pour la première rencontre entre les deux héros. J’ai trouvé la scène vraiment très belle et magnifiquement décrite.

Sauvetage SDF Rencontres Hébergement Blessure Cicatrice Bois Couteau Étagère Chienne Confidences Appel Voyage Bois Pluie Danse Abandon Honte Retrouvailles Incompréhension Fuite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.