L’amour n’est pas sourd

Je tiens d’abord a remercier NDB Éditions pour m’avoir proposé le service presse de VOSTFR ( version originale sous-titrée français) d’Elodie Torrente.

Nina est sourde. Sullivan est acteur. Ils se rencontrent lors du tournage d’un long-métrage historique sur les sourds. C’est le coup de foudre. Comme au cinéma. Mais, à l’image des films français en salle, leur amour supportera-t-il de n’être pas sous-titré ?

C’est la belle histoire d’amour que vit Nina : une jeune comédienne sourde qui cherche à percer dans le milieu du cinéma.

Tout au long de cette lecture, j’en ai beaucoup appris sur le monde des sourds ou mal-entendants, qui est à l’origine de la langue des signes française appelée LSF et les difficultés que ce  » monde des silencieux » rencontre dans la vie quotidienne y compris au cinéma.

Le petit  » bémol » que je mettrai sur cette lecture c’est que par moments je trouve que l’on se concentre trop sur le côté historique ce qui casse le rythme et cela peut être lassant même si c’est intéressant. Après cela n’est que mon ressenti personnel et que ce n’est pas parce que cela ne me convient pas que d’autres n’y trouveront pas leur bonheur.

Cette belle histoire d’amour a une force de sentiments et cela montre l’adaptation de l’un et de l’autre pour que cela tienne dans la durée et dans les difficultés.

L’héroïne, qui au début de cette histoire se laisse porter par sa mère au quotidien, se révèle petit à petit et elle découvre sa force de caractère et se bat pour ce qu’elle croit juste.

Le personnage masculin, qui lui est un acteur connu, est assez impressionnant dans sa façon de se préparer pour un rôle comme apprendre l’histoire et le langage LSF. Pour lui rien n’est acquis et encore moins en amour.

Cette histoire d’amour est très touchante et elle vaut la peine d’être lue.

Commander sur :

Laisser un commentaire