• Les trames surprenantes
  • Les romans réalistes contemporains
  • Les personnages engagés et attachants
  • Une écriture très recherchée
  • Un récit cynique
  • Un débordement d’émotions

Chronique détaillée

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous propose une nouveauté dans la rédaction de ma chronique : Je vais utiliser l’échelle proposée par Suzanne Marty qui, me semble-t-il, me permettra de vous rendre un ressenti plus précis de ma lecture.

Je vais quand même commencer en remerciant sincèrement Jean-Philippe Lux pour m’avoir proposé la lecture de son ouvrage.

C’est parti !

Échelle de difficulté : Ce livre convient à un large public de langue française.

Si certains mots utilisés sont peut-être peu communs, le contexte permet de les comprendre sans difficulté et je n’ai buté sur aucun d’entre eux.

Échelle d’ennui : Je ne me suis pas du tout ennuyée en lisant ce roman.

Je suis entrée sans problème dans l’histoire et me suis laissée portée sans difficulté. Le rythme est agréable, prenant le temps de la contemplation. Pourtant l’attention est maintenue par différents mystères et événements qui n’ont pas besoin d’être spectaculaires pour rendre l’ensemble intéressant.

Échelle de vérité : L’auteur ne prend pas son lecteur pour un con.

Je ne suis pas fan de cette formulation dans cette échelle alors je le reformule à ma façon : je n’ai pas eu l’impression que l’auteur a prémâché mon travail de lecture. L’ensemble est crédible, ancré dans la réalité quotidienne et soulève des problématiques actuelles à travers l’engagement des personnages.

Échelle de style : Je n’ai pas remarqué de style particulier.

L’écriture est agréable et fluide, sans être trop sophistiquée.

Échelle d’éthique : Vous pouvez lire ce livre sans risquer de mal tourner.

Au contraire, l’histoire distille des pistes de comportement éthique.

Échelle d’originalité : Sur cette échelle, j’ai du mal à me décider entre :

B – Cette histoire ne se distingue pas par son originalité
C – J’ai déjà lu ce genre d’histoire, mais la version de l’auteur est originale
En fait, c’est un mélange des deux. Au début, rien de particulièrement original, mais la fin se démarque de ce que j’ai pu lire auparavant dans ce genre, même si ça rejoint un peu ce que j’ai apprécié dans Si loin des Fauves de Philippe Saimbert.

Échelle d’enrichissement intellectuel : Je n’ai rien appris de particulier dans ce livre.

Mais je pense que c’est parce que je m’intéresse déjà pas mal aux questions relatives commerce équitable et de proximité. En effet, il y a pas mal de choses à apprendre sur ces démarches pour quelqu’un qui les découvre.

Échelle de stimulation émotionnelle : Ce livre m’a satisfaite émotionnellement.

Je me suis attachée aux personnages, mais les événements qu’ils vivent ne m’ont pas transportée. Je crois que je n’ai pas pleuré et c’est rare que ça m’arrive sur une romance. Cependant, c’est tout à l’honneur de l’auteur qui n’a pas joué sur le pathos, alors que certaines des situations ne sont pas faciles du tout.

Impact sur le moral : Ce livre m’a remonté le moral.

Ça pourra peut-être paraître surprenant à ceux qui l’ont lu vu que la fin n’est pas forcément super joyeuse, mais j’ai aimé voir ce couple évoluer ensemble et créer une relation solide. Les voir faire face à l’adversité de concert m’a fait du bien.

Échelle de nocivité amoureuse : L’auteur a une vision exagérément optimiste des relations de couple.

J’ai trouvé que les choses semblent un peu trop évidentes, faciles entre les deux héros. Peut-être simplement trop rapide que l’intensité de l’histoire d’amour me paraisse vraiment crédible… Après, dans le cadre d’une romance, c’est plutôt courant cette rapidité, mais justement, je trouve que cette histoire sort des poncifs de la romance.
Je regrette aussi un peu les stéréotypes de genre : l’homme chevalier/sauveur et la femme faible (ou perçue comme telle).

Échelle de succès : Je lirai probablement d’autres livres de cet auteur… un jour.

C’était un moment de lecture sympathique, pourquoi ne pas renouveler à l’occasion.

Comment j’ai vécu l’utilisation de l’échelle de Suzanne ?

D’un côté, c’est super intéressant parce que ça m’a amenée à me poser plein de questions que je ne me pose pas toujours.

D’un autre côté, je trouve que l’exercice est un peu frustrant, car j’ai l’impression d’avoir beaucoup rationalisé mon compte-rendu alors que d’habitude, je laisse surtout s’exprimer mes émotions. C’est asses perturbant et formateur, mais je ne sais pas si ça rend vraiment justice au plaisir que j’ai eu à cette lecture.

Du coup, je crois qu’il faut que je prenne le temps de bien assimiler cette méthode pour me sentir vraiment à l’aise avec.

Informations complémentaires

Titre :

Cœur & âme
Auteur :
Jean-Philippe Lux
Genre :
Romance
Éditeur
Autoédition
Nombre de pages :
265

Afin de fuir une période difficile de son existence, Valentin décide d’accepter un nouveau poste. Débarquant dans cette ville qui lui est totalement inconnue, il ne rêve que d’une chose, pouvoir démarrer une nouvelle vie en oubliant ses déboires qu’il espère avoir laissés loin derrière lui. Plutôt réservé, ses premiers pas au commissariat vont lui paraître compliqués jusqu’au jour où il croise la route d’une mystérieuse femme qui ne tarde pas à envahir ses pensées pour ne plus jamais en sortir. Mais, si cette rencontre va agrémenter son futur d’une tornade de sentiments puissants, il est loin d’imaginer que l’on ne peut jamais totalement se débarrasser du passé.

Jean-Philippe Lux est né en 1976 et vit dans la région des Collines En Belgique. Papa de deux jeunes garçons, il est développeur dans la vie de tous les jours. La création et l’imagination sont des facultés qu’il emploie quotidiennement dans son travail et il décide de les utiliser pour commencer l’écriture de romans.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-les sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.