Elle s’appelle Ewa. Elle est particulière. Elle ne doit jamais se regarder dans un miroir. Jamais. Son don étrange est une malédiction qu’elle ne maîtrise pas. Son passé est difficile à porter. Il lui est impossible de partager son secret. Elle ne peut faire confiance à personne.
Enfermée « pour son bien » à Miedzeska, dans une pension pour filles au cœur de la Pologne, Ewa survit entre humiliations et sévices. Elle serre les dents en rêvant d’évasion, mais personne ne s’échappe de cet internat.
Alors pourquoi des filles disparaissent-elles sans laisser de traces ? Que deviennent-elles ? Et surtout… qui sera la prochaine ? Ewa ne doit jamais céder à l’appel des miroirs, elle le sait. Elle a juré. Et si la vérité se cachait dans son reflet ?

Auteur indépendant depuis 2014, édité depuis peu de manière « traditionnelle », j’ai fait le choix d’être libre et de vivre de ma plume. Mon style se veut accessible, parfois rude, souvent existentiel. Je partage ma vie entre peinture et écriture, deux modes d’expression qui se complètent, finalement. Si les couleurs m’offrent un plaisir instantané, mes textes sont un moyen de me connecter au monde, d’entrer dans les vies, dans les cœurs tout en m’amusant comme un enfant. Je crois que cette vie d’artiste me colle à la peau, et je trouve qu’il n’y a pas de métier plus beau.

Chronique détaillée

Ok, je vais arrêter de lire Matthieu Biasotto enceinte. Cette fois, j’ai vomi. Ça a été plus fort que mon estomac. J’ai encore dans le nez l’odeur des excréments des chiens et de la vase.

Pologne 1939, Ewa est emmenée par son oncle dans un pensionnat pour la mettre à l’abri d’elle-même et des autres. Tout ce qu’elle sait, c’est que plus jamais elle ne doit regarder son reflet dans le miroir. Quand elle s’y attarde, la suie vient entacher son image et dilater ses pupilles pour lui révéler la plus atroce des vérités.

Je pensais qu’avec Le Miroir du damné, j’étais vaccinée, cette fois c’est sûr, je vais me passer de miroir pendant un certain temps. Je refuse de voir à nouveau mon reflet. Quel est ce mysticisme qui entoure ces objets ?

Les mots sont justes, les émotions ressenties, l’écriture intraitable. Chaque ligne nous mène à l’inéluctable conclusion. Pourtant je n’ai rien vu venir, j’ai pris cet ouvrage et sa fin en pleine poire. Je n’ai pas imaginé un seul instant le dénouement de cette intrigue si bien montée.

Encore un coup de maître de Matthieu Biasotto. Je n’ai plus qu’à lire la suite maintenant, enfin si mon estomac me le permet.

Informations complémentaires

Titre :

EWA

Auteur :
Matthieu BIASOTTO
Genre :
Thrller, horreur
Éditeur
Auto-édité
Nombre de pages :

408

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-les sur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.