Cette légende se déroule sur la terre d’Hashkaria, contrée où l’acier, la magie et le savoir cohabitent. Ce qui aurait dû être oublié à jamais ressurgit par l’insatiable soif de pouvoir qu’est celle de l’homme, menaçant le fragile équilibre de tout ce qui est. Le Roi Elhmor l’usurpateur, Kerek Galdine, mage noir d’Idhelheim, sont de ceux qui convoitent le Manuscrit des Anciens. Tandis que Khaynes le Roi Sanglant se prépare à l’invasion et à la destruction de toute chose, les royaumes de Chyldérie et de Maravie se livrent encore leurs futiles querelles. Une poignée d’êtres, à la convergence improbable, à la force et aux intentions imprédictibles, se lancent alors dans une quête dont l’issue pourrait à jamais changer la face du monde…

« Exercice fort compliqué que celui de l’autobiographie factuelle et objective… »

C’est un gône de sang et de cœur qui naît en 1982 près de Lyon.
Touche à tout, dès son plus jeune âge, il se passionne pour les sciences, mais aussi pour tous les univers imaginaires, il va sans dire les mondes de la fantasy, autres féeries et science-fiction.
Après des études d’électrotechnique, il décroche son diplôme d’ingénieur informatique en 2007, et évolue dans sa carrière depuis.

C’est en 2017 qu’il commence Kyan Rogh. Partant d’une simple envie d’écrire et de s’évader dans merveilles et imaginaire, il voulait surtout que ses enfants le lisent plus tard, souhaitant laisser un héritage derrière lui.

« La conception n’est que savant mélange de logique et d’imagination ».

Chronique détaillée

J’aimerais remercier Charles Chehirlian de m’avoir proposé son roman et de la patience dont il a fait preuve face à mes retards.

Pour cette chronique, je vais de nouveau utiliser les indicateurs proposés par Suzanne Marty

Échelle de difficulté :

Ce livre nécessite un bon niveau de vocabulaire.
Il est situé dans un monde de type féodal et des termes spécifiques de cette époque sont utilisés à plusieurs reprises qui sortent du vocabulaire courant.

Échelle d’ennui :

J’ai fini ce livre, mais j’ai dû me forcer.
L’auteur a fait un choix audacieux, celui d’écrire son roman comme une chanson de geste. Je ne sais pas si vous avez déjà lu les chevaliers de la Table ronde, mais personnellement, ça m’a beaucoup fait penser à la version de la légende arthurienne que j’ai découverte à l’adolescence. J’ai retrouvé cette impression d’une multitude d’histoires courtes qui se suivent et paraissent n’avoir aucun rapport les unes avec les autres. Le lien apparaît à la fin du livre, mais avant cela, j’étais perdue parmi toutes ces intrigues différentes qui me semblaient très décousues. C’est ce qui a rendu ma lecture plutôt laborieuse pendant les deux premiers tiers du roman. Il m’est évident que ça peut être un véritable atout pour d’autres lecteurs. Pour moi, ça n’a pas si bien fonctionné puisqu’il m’a fallu beaucoup de temps pour avoir l’impression de rentrer dans le récit.
Qui plus est, c’est un premier tome d’une saga qui fait plus de 600 pages et pourtant, quand je suis arrivée à la fin, j’ai eu le sentiment que l’histoire ne faisait que commencer vraiment, que tout ce volume ne représente qu’une introduction.

Échelle de vérité :

L’auteur prend ses lecteurs pour des adultes.
Pour moi, ce roman est empreint de réalisme, autant que peut l’être un récit de fantasy. Les déroulements, personnages et descriptions sont crédibles et la touche de politique ajoute à ce sentiment de réalité.

Échelle de style :

J’ai remarqué le style de l’auteur.

J’ai eu l’impression d’un énorme travail au niveau de l’écriture. Les descriptions, notamment, sont très construites et j’ai eu la sensation que l’auteur a à cœur de partager au mieux son univers, d’immerger le lecteur. Toutefois, j’ai aussi trouvé qu’elles sont, par moment, un peu trop longues à mon goût, ce qui ralentit l’intrigue.

Échelle d’éthique :

Vous pouvez lire ce livre sans risquer de mal tourner.

Je n’ai pas remarqué d’idées qui me semblent contestables.

Échelle d’originalité :

Cette histoire ne se distingue pas (encore ?) par son originalité.

Comme je l’ai indiqué plus haut, à la fin du volume, la quête des héros commence tout juste. Du coup, j’ai eu l’impression de lire la mise en place du groupe qui y participera. Cela correspond à un schéma plutôt classique en fantasy, mais peut-être que le roman se démarquera plus par la suite.

Échelle d’enrichissement intellectuel :

Je n’ai rien appris de particulier dans ce livre

Comme je l’ai indiqué précédemment, ce livre est, à mes yeux, une introduction à l’univers de la saga. Du coup, ce que j’ai pu apprendre est surtout lié à la découverte de ce monde. Toutefois, j’ai vraiment beaucoup apprécié le passage sur le bataillon qui se retrouve aux portes de l’enfer et la solidarité dont ils font preuve pour s’en échapper. Cette histoire est réellement ma préférée du roman et souligne l’importance de l’engagement des uns envers les autres pour avancer.

Échelle de stimulation émotionnelle :

Ce livre m’a satisfaite émotionnellement.

Surtout dans le dernier tiers où les liens entre les personnages se révèlent plus profondément et où, par conséquent, je m’y suis plus attachée.

Impact sur le moral :

Ce livre n’a affecté mon moral ni en bien ni en mal.

Peut-être est-ce parce que l’univers est éloigné du nôtre, mais je n’ai pas l’impression que l’histoire m’a particulièrement ébranlée.

Échelle de succès :

Je lirai probablement d’autres livres de cet auteur… un jour

Ce ne sera peut-être pas ma priorité immédiate, mais je pourrais être intéressée pour découvrir la suite de cette histoire, qui débute tout juste. Maintenant que la mise en place est faite, j’imagine qu’il y aura moins de trames séparées. Sans quoi, je serais un peu frileuse à me replonger dans une chanson de geste

  • Les chansons de geste
  • Les aventures guerrières
  • Les quêtes en groupe
  • De l’action qui prime sur les descriptions
  • Une trame continue
  • Une histoire très novatrice

Informations complémentaires

Titre :

Kyan Rogh - Tome 1 : L'artefact insoupçonné
Auteur :
Charles Chehirlian
Genre :
Fantasy
Éditeur
Editions Archancourt
Nombre de pages :
630

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-le sur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.