• Les histoires à deux narrateurs
  • Les séries en plusieurs tomes
  • Les noms originaux
  • Un roman réaliste
  • Une histoire d’amour
  • De la science-fiction pure et dure

Chronique détaillée

Au début, ce n’est pas facile de suivre tous les personnages, certains ont des noms bizarres il faut le reconnaître. Mais une fois familiarisé avec les personnages attachants, on est plongé dans l’histoire et on a du mal à lâcher le livre.

Le livre est divisé en dates, au début j’ai eu un peu de mal à suivre, car comme toujours, je lis la date et je l’oublie, donc je ne comprenais pas toujours bien. Mais évidemment deux narrateurs qui ne sont pas ensemble tout le temps, et bien on revoit les mêmes dates jusqu’à se qu’ils soient réunis et que les dates se suivent. Bref au début j’ai noté les dates de chaque partie pour ne plus me perdre et là encore une fois, j’ai eu du mal à m’arrêter de lire, car j’étais hypnotisée par l’histoire.

On passe de rebondissement en rebondissement, les réactions sont vraies et prenantes. Et oui si j’avais découvert la même chose que ces futurs héros (… ou pas je n’ai pas encore lu les autres tomes) j’ignore comment je réagirais.

Le double discours, car ils sont deux à expliquer l’histoire qu’ils ont vécue, est surprenant et original, ça m’a beaucoup plus, car les deux narrateurs ont chacun une personnalité propre, des réactions et une vision des choses différentes qui donne ce côté réaliste.

Nous sommes plongés dans la science-fiction tout en étant dans notre monde et dans quelque chose de pas trop tiré par les cheveux ni trop scientifique, ce qui rend le livre accessible à tous, ce qui n’est pas négligeable à mes yeux pour de la science-fiction.

Pour un premier tome d’une série de 9 romans, il se passe des choses, on ne se contente pas de nous présenter les personnages et la situation comme beaucoup de romans. Non non là il se passe pleins de choses tout en mettant en évidence chacun des personnages et leurs capacités, personnalités, et besoins.

Dernière chose qui m’a séduite c’est qu’il y a pleins de description de paysage, de lieux au point que je pouvais facilement imaginer l’environnement. Sans pour autant être trop non plus. Juste ce qu’il faut pour imaginer sans se perdre dans le détail au point de mettre plus d’une page. Car oui, à mes yeux, plus d’une page pour décrire un lieu c’est trop, ça limite mon imagination. Là, j’avais les grandes lignes quelques détails et mon imagination faisait le reste.

Informations complémentaires

Titre :

Aliandra - 1. L’éveil
Auteur :
Giovanni Portelli
Genre :
Science-fiction
Éditeur
Autoédition
Nombre de pages :
339
Pour information, j’ai lu le premier épisode, la série est divisée en 9 épisodes, une série de 3 tomes chacun en trois épisodes, mais il y a un roman qui réunit les trois premiers épisodes : Ils ont ouvert la voie

Il n’y a que trois sortes de romans. Ceux qui font réfléchir sur le monde, ceux qui font réfléchir sur soi, et ceux qui vous kidnappent. C’est impossible de dire ce que ce livre vous apportera car c’est votre perception des choses qui le rendra captivant ou imbuvable. La science-fiction n’est ici qu’un accès, pas une destination. Un canevas où les relations humaines vont se tisser et former le fond de ce livre. Je rêvais d’une histoire d’amour qui ne se résume pas à deux êtres ne voyant plus qu’eux-mêmes dans un contexte barbe-à-papa. Je souhaitais une aventure dont les acteurs n’étaient pas des clichés bourrés de testostérone. Je n’ai écrit que pour créer un engrenage subtil où les non-dits seraient comme autant de bombes à retardement, exploser les cases où on nous enferme, sortir des genres littéraires et ne céder à aucun compromis.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-les sur :

One thought on “Aliandra – 1. L’éveil”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.