• Les romans jeunesse
  • La magie et les écoles de magie
  • Les voyages sur fond d’histoire

Chronique détaillée

Bonjour à tous,

Pour commencer, j’aimerais remercier Marie-Françoise Chevallier Le Page de m’avoir gentiment offert cet ouvrage alors que je cherchais des animaux extraordinaires pour la thématique d’un des rendez-vous mensuels de l’association de promotion de l’imaginaire dont je fais partie.

C’est ainsi que j’ai découvert les kalongs et suivi Taddeuz et ses amis dans une mission de recherche en terres aztèques.

Aujourd’hui encore, je vais me baser sur l’échelle proposée par Suzanne Marty, qu’elle a eu la gentillesse d’adapter, à ma demande, pour les adeptes de lectures jeunesse (bientôt disponible sur son blog !)

Échelle de difficulté : Ce livre conviendra à la plupart des enfants ciblés.

En effet, bien que le vocabulaire soit parfois soutenu, il est accompagné de notes de bas de page qui permettent de comprendre les mots qui pourraient être inconnus du jeune public.

Une bonne occasion pour les lecteurs d’enrichir leur vocabulaire.

Échelle d’ennui : Les adolescents ne s’ennuieront pas avec cette histoire

Elle est bien construite et passe de l’intégration dans une école de magie à des péripéties variées lors du périple de Taddeuz et son groupe. J’ai beaucoup aimé le pensionnat et ses méthodes d’enseignement. J’ai aussi apprécié le voyage en Amérique du Sud à la découverte d’une culture que je méconnais.

Je ne suis pas certaine que ce seront les mêmes raisons qui retiendront l’attention des jeunes lecteurs, mais il se passe suffisamment de choses pour avoir envie de connaitre la suite de l’histoire

Échelle de vérité : L’auteur ne prend pas les adolescents pour des imbéciles

Comme l’histoire est écrite du point de vue d’un jeune adolescent, j’ai eu l’impression de l’objectif de l’auteur était de se mettre au niveau de ses lecteurs. Je dirais même de le tirer ludiquement vers plus de réflexion, de remises en question.

Échelle de style : J’ai remarqué le style de l’auteur

Comme je l’avais noté lorsque j’avais lu cette auteur auparavant, elle semble accorder de l’importance à la qualité de son écriture. Et c’est le cas aussi ici, quand bien même c’est un jeune adolescent qui est le narrateur. Ceci dit, ça colle bien avec le personnage qui a été élevé dans une grande famille et le revendique.

Échelle d’éthique : Les adolescents peuvent lire ce livre sans risquer de mal tourner

Les enfants sont amenés à faire des choix qui ne se révèlent pas toujours pertinents, mais c’est, chaque fois, l’occasion pour eux d’en tirer des leçons.

Échelle d’originalité : Les adolescents auront déjà lu ce genre d’histoire, mais la version de l’auteur est originale

Difficile de ne pas penser à Harry Potter quand on découvre une école de magie en marge de notre monde. Toutefois, pas de prophétie, pas d’élu. Le héros n’est pas parfait, même s’il aimerait l’être, et réalise assez vite qu’il a besoin de ses camarades pour progresser. Les professeurs ne sont pas aveuglés par une prédiction et la promesse de pouvoirs phénoménaux. Ils confient une mission à un groupe et comptent sur chacun de ses membres pour faire avancer l’enquête.

Je trouve le parti-pris bien différent de celui de J.K. Rolling et, pour moi, ce n’est pas plus mal !

Échelle d’enrichissement intellectuel : Ce livre apprendra aux adolescents plus de choses que vous ne l’imaginez

Enfin, je l’imagine… Car moi, j’ai appris des choses sur la civilisation aztèque (il faut dire que je partais de très loin…)

Échelle de stimulation émotionnelle : Je ne crois pas que ce livre touchera les adolescents

Pour moi, c’est ici le seul bémol que j’apporterais à ce roman : je trouve que, même quand le narrateur parle de ses émotions, j’ai du mal à les éprouver. Je ne saurais expliquer vraiment pourquoi. Peut-être un peu trop de retenue dans les ressentis ou un manque de réalisme de ces sentiments. Difficile pour moi de mettre le doigt sur ce qui pêche de ce point de vue, mais force m’est de constater que j’ai eu énormément de mal à m’attacher aux différents personnages.

Impact sur le moral : Ce livre boostera le moral de ses jeunes lecteurs

J’ai trouvé que le livre est positif. La motivation du narrateur à se dépasser est entraînante. La confiance qui leur est accordée à lui et ses camarades est gratifiante. Je crois sincèrement que les lecteurs en sortiront avec du plaisir et de l’entrain.

Échelle de succès : Je rachèterai probablement d’autres livres de cette auteur… un jour

Notamment la suite des aventures de Taddeuz. Ce ne sera peut-être pas une priorité dans mes lectures, mais j’aurai plaisir à me replonger dans cet univers.

Informations complémentaires

Titre :

Taddeuz et le Collier Aztèque : Mémoires d'un jeune homme de 13 ans par Taddeuz - vol. 1
Auteur :
Marie-Françoise Chevallier le Page
Genre :
Fantasy
Éditeur
Éditions de la Safranède
Nombre de pages :
314

Taddeuz a treize ans. Bientôt, il succédera à sa maman, la regrettée grande reine du Taddjastan. Auparavant il doit poursuivre ses études dans un pensionnat, situé sur une île perdue au nord de l’écosse, dont la spécialité est de former de futur dirigeants, en les envoyant en mission à l’étranger, par groupes de six. C’est ainsi qu’ils apprennent, sur le terrain, les matières fondamentales, le travail en équipe, et la réalité de la vie en société. Leur première mission de 90 jours les conduit avec leurs kalongs au Mexique, à la recherche d’un très ancien collier aztèque composé d’un métal aux propriétés exceptionnelles dont la formule a été perdue, mais également convoité par d’horribles tueurs à la solde d’un dangereux grand collectionneur. Taddeuz va alors découvrir qu’il possède un don très particulier grâce auquel il pourra sauver ses cinq camarades de classe, en particulier son amie Altaïr et retrouver la trace de la parure disparue. Au cours de cette mission, tous auront été confrontés à des situations si incroyables qu’à son retour, Taddeuz décidera, malgré le désaccord de son père le régent, d’en faire le récit en publiant ses mémoires.
Ses propos ont été retranscrits par Marie-Françoise Chevallier le Page.

Ancien Avocat au Barreau de Paris, mère de famille, auteur et illustrateur de nombreux contes pour enfants, Marie-Françoise Chevallier Le Page, née à Paris le 11 novembre 1946, vit et travaille en Normandie où elle élève depuis plus de treize ans des chevaux de pure race « Lipizzan »®, les fameux chevaux de dressage et d’attelage de l’Ecole Espagnole de Vienne.
Depuis qu’elle a produit en 2012 un premier roman très remarqué, « LA VEUVE K. ou LA VIE DE CHÂTEAU » réédité en 2017 elle publie aux Éditions de la Safranède un roman par an.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

 

Commandez-les sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.